29 mars 2021
Partager :

Numérique : la crise n’a pas détendu le marché du recrutement

Près de 13 000 postes sont à pourvoir dans la filière numérique dont 8 000 dans les Pays de la Loire et 5 000 en Bretagne. C’est là une estimation sur la base de l’étude annuelle de l’ORCN (Observatoire régional des compétences du numérique) avec ADN Ouest (534 réponses). Les gros contingents portent sur les profils de conception, développement, R&D, exploitation, production et support.

« C’EST REPARTI À FOND »

« Le recrutement du secteur a bien freiné en 2020, mais il repart en 2021 qui verra un retour à la normale pour la moitié des entreprises, ce sera en 2022 pour l’autre moitié et une grande confiance revient à l'horizon de trois ans », mentionne Franz Jarry, d’ADN Ouest. « Les recrutements sont repartis à fond, moins d’un emploi sur deux est staffé », renchérit Jean-Paul Chapron pour Syntec numérique Pays de la Loire. Selon l’ORCN le sentiment de pénurie a diminué du fait de la crise sanitaire mais que 64 % des entreprises prestataires ont encore des postes non pourvus pour cause de difficultés de recrutement. Pour 7 prestataires sur 10, la crise sanitaire actuelle n’aura pas d’incidence sur les pratiques de recrutements. 45% d’entre-eux devraient recruter lors des 12 prochains mois.

DIVERSITÉ, SÉNIORISATION, RECONVERSION…

Le marché reste particulièrement tendu sur l’agglomération nantaise qui représente 60 % des embauches dans les Pays de la Loire. Pour Francky Trichet, vice-président de Nantes métropole en charge du numérique, en accord sur ce point avec les élus des deux régions, quatre leviers sont à actionner : la formation initiale et continue, la reconversion, la diversité (homme/femme, quartiers défavorisés…) et la "seniorisation". « Il faut aller plus vite et plus fort sur ces leviers », estime l’élu. « En termes de recrutements, on me dit depuis 20 ans que la demande va se calmer, mais ce n’a jamais été le cas, au contraire », constate l'élu. Dans les deux régions, la filière emploie 33 500 salariés à fin 2020 (+2 000 emplois dans l’année) chez les prestataires et 70 000 chez les utilisateurs.

©Agence API