22 décembre 2020
Partager :

Ensemble, ils pèsent désormais 19 M€ de chiffre d’affaires pour 77 salariés. Le groupe parisien de formation informatique et technique Fitec (15 M€ de CA, 45 salariés) vient de racheter 100 % du capital de son confrère rennais Evocime (4 M€ de CA en 2019, 22 salariés). « Nous avons engagé tous les deux une activité similaire depuis 5 ans. Notre ambition commune est de devenir l’un des leaders du marché de la formation-reconversion sur les métiers des usages numériques et du tutorat en France », confie Ludovic Chisloup, dirigeant d’Evocime. Lui-même, à 56 ans, a repris des parts dans le nouvel ensemble holding en tant que dirigeant associé minoritaire aux côtés des frères Michel et Bernard Sebban, les dirigeants de Fitec, basé à Nanterre (92).

OUVERTURES À NANTES, LILLE ET LYON EN 2021

Les deux marques aux territoires complémentaires vont d’ailleurs coexister. Le breton Evocime est présent à Rennes, Lorient, Bordeaux, Reims et Paris, tandis que Fitec l’est essentiellement en région parisienne. « Nous allons ouvrir à Nantes dès janvier 2021, sous la direction de Julie Mesmeur, puis à Lille et Lyon dans l’année. Notre objectif est de disposer d'un centre dans chaque grande région française sous 3 ans, pour régionaliser l’ensemble de nos innovations sur les usages numériques et accompagner la création de nouveaux métiers en fonction des demandes des branches professionnelles. »

25 M€ ET 100 EMPLOIS SOUS 3 ANS

Sachant qu’un centre emploie 3 à 5 personnes, le cap fixé est d’atteindre une centaine de salariés à cet horizon et 5 M€ de chiffre d’affaires supplémentaires. « Nous pouvons atteindre 25 M€ par croissance organique et on ne s’interdit pas d’intégrer d’autres entreprises partageant la même philosophie », ajoute Ludovic Chisloup. Aujourd’hui, l’heure est à la digitalisation de 100 % des formations du nouveau groupe, pour répondre aux enjeux du travail distanciel. « Nous accompagnons aussi dans la digitalisation de leurs métiers tous nos clients, que ce soit dans l’agroalimentaire, la banque, la presse, etc. ». Fitec a des accords avec des éditeurs de logiciels comme SAP, Salesforce et exploite deux marques Montuteur.fr et Devenez.fr. Il administre également le portail La passerelle des métiers du numérique, pour s’adresser aux demandeurs d’emploi via Pôle emploi, personnels en reconversion. « Le groupe Fitec va nous permettre de doubler l’offre de formation. Ensemble, nous avons une trentaine de métiers à proposer », souligne Ludovic Chisloup qui en cite quelques-uns comme chef de projet transition numérique durable, e-formateur, digital business développeur, concepteur de contenus digital learning, digital sourceur, etc.

SORTIE DU FONDS SVP

Par cette opération, Evocime quitte le fonds SVP qui l’avait rachetée en 2012. A l’époque, Evocime s’appelait Fym conseil Lorient, activitée fondée en 1976. Ce n’est qu’en 2016 que le changement de nom est intervenu au profit de l'ouverture d’un centre à Rennes. Cette année, crise Covid oblige, son chiffre d’affaires va perdre un million d’euros, pour atterrir à 3 M€.

©Agence API