27 avril 2021
Partager :

Croissance de 18,5 % pour Syd en 2020

Le groupe nantais de conseil et d’ingénierie informatique Syd annonce avoir enregistré en 2020 une croissance de 18,5 % portant son chiffre d’affaires à près de 21,5 M€. Cette performance, à mettre au regard du recul de 4,6 % du marché hexagonal selon les estimations du Syntec numérique, est notamment expliquée par un fort investissement dans la conquête commerciale. Celui-ci s’est traduit par la création en interne, dès le début 2020, d’un centre de contacts dédié à la prospection rassemblant 10 personnes (4 CDI et 6 alternants) ainsi que par le recrutement de 6 commerciaux supplémentaires sur l’ensemble des activités du groupe.

424 CLIENTS ACTIFS

« Cela se cumule avec le mouvement fort des entreprises vers les projets de digitalisation ainsi que par un modèle d’accompagnement de longue durée, avec 424 clients actifs l’an passé », indique Yann Trichard, coridigeant associé de Syd. Ce dernier observe un très faible taux de dépendance, le plus gros client du groupe pesant pour moins de 5 % du chiffre d’affaires, et une grande ventilation géograpnique de l’activité. La Loire-Atlantique, berceau de Syd, pesant ainsi aujourd'hui pour moins de 10 % de l’activité. Syd est aujourd’hui également présent à Paris, Brest, Niort, Bordeaux, Toulouse et Montréal. Affichant en 2020 un résultat d’exploitation consolidé de 526 k€, Syd dispose de 3,04 M€ de capitaux propres.

20 % DE CROISSANCE VISÉS EN 2021

Ayant opéré 36 embauches depuis le 1er janvier pour porter ses effectifs à 306 salariés, le groupe compte en réaliser 60 autres d’ici à la fin de l’année. Il devrait alors rassembler aux alentours de 350 personnes. De quoi soutenir un objectif de 20 % de croissance organique sur l’année en cours. Pour ce faire, Syd capitalise notamment sur son statut d’intégrateur des solutions ERP de Sage, actif depuis 2020, et sur celui d'intégrateur de Salesforce, géant américain des logiciels de la relation clients, actif depuis quelques jours. Ces partenariats viennent renforcer celui noué avec un autre géant, Microsoft, sur ses solutions ERP et CRM. « Nous envisageons également d’avoir recours à la croissance externe. L’idée serait de renforcer nos capacités en matière d’intégration Sage et Salesforce », indique Yann Trichard.

©Agence API

Métier