08 mars 2021
Partager :

Logisticien, Idéa figure toutefois, au même titre que des industriels, parmi les lauréats du fonds de soutien à la modernisation, à la diversification et au verdissement des procédés de la filière aéronautique. Ce dispositif lui apporte 1,4 M€ sur un investissement total de 3,5 M€ dans cinq projets innovants permettant de transformer la fonction logistique dans les usines Airbus de Nantes et de Saint-Nazaire, sur lesquelles il mobilise 340 salariés.

INNOVATION OUVERTE

Pour cela, Idéa, basé à Montoir-de-Bretagne, met largement à profit le savoir-faire des entreprises de son territoire. « Nous sommes porteurs de cas d’usage avec une capacité a intégrer rapidement ces innovations », note Jean-Baptiste Bernicot, directeur de l’innovation d’Idéa. Ainsi, le premier projet met en œuvre un robot conçu par Eca Group pour transporter en autonomie sur le site d’Airbus Nantes des palettes et des rolls chargés de pièces qu’il peut charger et décharger sans assistance humaine. Ce robot circulera seul entre le magasin et les bâtiments de production, sur des voies partagées. Le second projet, également mené avec Eca Group, est une assistance au déplacement des tronçons d’avions sur le site de Saint-Nazaire. Là, il s’agit d’éviter à tout prix toute collision pouvant endommager ces énormes et coûteux morceaux d’aéronefs et perturber ainsi la chaîne industrielle d’Airbus. Ce sont des outils de contrôle d’alignement, de murs virtuels et de systèmes d’alerte qui sont mis en œuvre pour cela, en attendant des assistants de mobilité autonome.

ALLÉGER LES CHARGES

L’aide gouvernementale permet aussi à Idéa d’enrichir la solution de traçabilité « MyWay » développée en interne, initialement pour la défense. Elle permet de délivrer aux manutentionnaires les ordres de mission et les habilitations tout en associant des fonctions de traçabilité en géolocalisant produits et outillages. L’idée est d’y ajouter des fonctions prédictives sur la disponibilité des moyens de manutention. Pour cette solution, Idéa s’est adjoint les services des sociétés nantaises Ripple Motion pour le développement et InVirtus pour les trackers. Pour un autre projet, Idéa embarque la technologie de E-Cobot, une autre startup nantaise. Celle-ci lui apporte une plateforme mobile destinée à accompagner les manutentionnaires d’Idéa dans leurs missions de préparation. Il ne s’agira pas d’un AGV (véhicule à guidage automatique) banal mais d’une plateforme équipée d’un bras cobotisé pour saisir les objets lourds (une cloueuse de 8 kilos, par exemple) mais aussi de fonctions inédites guidant l’opérateur dans son travail.

©Agence API