12 mai 2021
Partager :

Atos envisage une usine 4.0 sur son site historique d’Angers

Les projets du groupe Atos se confirment à Angers où le groupe informatique fabrique et teste déjà des supercalculateurs et des serveurs haut de gamme. Atos envisage la possibilité de construire, d'ici à 2025 sur ce site de 20 ha, « son usine du futur 4.0 », laquelle doit lui permettre « d’accroître sa capacité à construire les systèmes critiques des entreprises pour leurs besoins en simulation numérique, intelligence artificielle, et de cybersécurité », est-il précisé dans une délibération d’Angers Loire métropole. Car la collectivité va accompagner le projet via une aide de 200 k€ pour une étude de faisabilité lié au réaménagement du site. « Cette usine deviendrait alors l’un des plus importants centres mondiaux de construction des supercalculateurs », est-il ajouté. La région des Pays de la Loire votera elle aussi, le 21 mai, une aide de 1,5 M€ en faveur du projet et soutiendra la demande de fonds Feder en complément.

OBJECTIF : « ZÉRO ÉMISSIONS NETTE »

Le projet prendrait une connotation environnementale forte. « Le groupe s’est engagé à réduire de 50% les émissions mondiales de carbone sous son contrôle et son influence d’ici 2025 et à atteindre zéro émission nette d’ici 2028, en développant des projets dédiés à la lutte contre le réchauffement climatique, exploitant notamment la puissance de l’informatique quantique ou l’efficacité énergétique des supercalculateurs. » Il est notamment question de valoriser la chaleur résiduelle issue des serveurs et supercalculateurs pour alimenter en calories le réseau de chaleur urbain de Belle-Beille, quartier universitaire d’Angers.

RESTRUCTURATION D’ENSEMBLE

Angers Loire Métropole va donc mener une réflexion globale sur le site de l’ancienne usine Bull, situé à l’Ouest d’Angers, entre l’avenue du Général-Patton et la rue du Nid-de-Pie. L’objectif est d’engager une opération d’aménagement visant à restructurer l’ensemble du domaine pour « accompagner le développement à moyen et long terme d’Atos ». La première phase pourrait représenter 8 ha. Pour Christophe Béchu, président d’Angers Loire métropole, « la chose n’est pas faite à 100 % mais nous avons de bonnes raisons de penser qu’elle est en bonne voie ». L’élu a évoqué la possibilité de 150 emplois sur le site. Le mandat d’étude a été confié à la Sem Alter public. Dans sa configuration actuelle, l'usine d'Angers occupe actuellement 25 000 m2 et compte aujourd'hui 250 salariés. Le groupe a inauguré en 2019 sur le site un nouveau centre d'essai des supercalculateurs dans lequel il a investit 10 M€. A l’époque, Thierry Breton, alors PDG du groupe, évoquait de forte perspective d’accroissement de la production sur le site.

©Agence API

Métier